Poême de Julienne Jamme









Dernière mise à jour
le 25 janvier 2004

> Sommaire des documents > Poême de Julienne Jamme

Poême de Mme Augustine Julienne JAMME, alias Sultan XII, agent de liaison du D.M.R. 4, transmis à O. et G. de Rouville par J. Picard alias Sultan, D.M.R. 3, avec la note suivante : A été écrit par la mère d'André Jamme, compagnon de la Libération, alors que son fils venait d'être gravement blessé par une patrouille allemande du centre de Toulouse.

Poême de Julienne JAMME

O Vous rendez-vous obscurs où parfois mourait une âme
Porteuse de messages mystérieux que je ne connais pas
Oh ! souffrance tragique d'un pauvre coeur de femme qui pleurait tout bas.
Mes souvenirs tracés sur des pages jaunies par le temps et les larmes
A demi-effacés par les lèvres et les pleurs;
Ont vécu tant d'espoir et vibré tant d'alarmes,
D'une vie brisée les rêves et les rancoeurs.
De ces humbles feuillets pieusement je vénère,
Les souvenirs défunts d'un tragique passé,
Où flottent encore des images très chères.
Quelles sanglantes passions ont inspiré ces massacres
De ces pauvres malheureux qui gisent dans leur cercueil
Où naissent encore de fugitifs mirages;
Secouant tout à coup les cendres de leur deuil.
Ah ! la plainte éperdue d'un soir de souffrance
De ce passé si cher dont il ne reste plus rien,
Qu'un coeur blessé et un peu d'espérance,
Et l'ombre d'un bonheur de plus en plus lointain.
J'ai sangloté dans une nuit impossible,
Ecrasant ma douleur, assise sur un banc
Appelant le miracle et voulant l'impossible,
Arrêter les aiguilles de l'horloge du temps.
Et puis, le jour blafard a chassé la chimère
Le coeur fatigué a songé : A quoi bon ?
Puisqu'on ne peut revenir en arrière,
Ni effacer l'empreinte amère du pardon.
Personne ne lira la clameur de détresse
De ce passé héroïque, qui ne veut pas périr;
Et nul ne connaîtra la profonde tristesse
Des derniers instants de ces martyrs.
Gens de la lune, papiers et souvenirs sont à leur place
Dans un tiroir ou une boîte bleue.
Et puis, un jour, la mort effacera la trace
Une main inconnue les jettera au feu.
La vie reprendra gaiement, indifférente;
Mais pour d'autres coeurs brisés sonneront d'autres glas,
D'autres officiers de liaison porteront au sein d'une tourmente
Des messages que l'on porte mais qu'on ne connaît pas.

Julienne JAMME
Sultan 12 S.A.P.R. 4

L'extrait de généalogie ci-dessous a été donné à l'Amicale par Paul Jamme, fils d'André Jamme, après la mort de son père. O. R. y a ajouté quelques détails provenant des Archives Nationales.

Voir aussi : Biographie d'André Jamme sur le site de l'Ordre de la LibérationNouvelle fenêtre

> Sommaire des documents > Poême de Julienne Jamme